Nous sommes heureux d’accueillir Paul Czerlitzki (né en 1986 à Danzig, Pologne) pour notre sixième artiste en résidence à la Fondation CAB.

(…)

Dans sa peinture, Paul Czerlitzki prend un peu de recul par rapport à la question de la couleur à appliquer à un fond réceptif dans lequel se forment des constellations. La coloration et le travail au pinceau, l’abstraction ou la figuration ne sont pas des sujets d’intérêt primordial. Czerlitzki fait de la peinture avant de commencer à peindre. Il s’agit apparemment de quelque chose d’aussi simple que possible. Cette chose simple est la peinture (matériau coloré) sur un support (toile).

Mais avec cela, comme point de départ, quelque chose d’autre est impliqué; ce qui est fondamentale, c’est une rupture originale dans la peinture en soi. La peinture met en scène la dissociation de sa simplicité et ouvre ainsi un champ des possibles. Il s’agit de reconfigurer les éléments de l’appareil pictural. Pas n’importe comment, mais au toucher, par le toucher, par une manipulation minutieuse. La procédure est méthodique, organisée en différents groupes d’images. L’exécution du processus est planifiée, la pratique mécanisée, supprimant l’obligation de subjectivité spontanée. La subjectivité est rétroactive; elle ressort comme l’effet d’un résultat.
– Déclaration d’Ulrich Loock
Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter